Les brèves du lundi 26 mai 2016

    Le temps est gris et frais, les esprits moroses, inquiets certainement du chaos social qui, pour certains, se profile, de ces mouvements revendicatifs qui notamment paralysent les raffineries de pétrole et les dépôts de carburant. Et évidemment en pareil cas, les comportements asociaux, individualistes et irresponsables se manifestent. Alors qu’il n’y pas de pénurie de carburant avérée voire probable, certains se précipitent dans les stations-service et non seulement font le plein à ras bord du réservoir de leur voiture, mais sortent leur collection de jerrycans pour les remplir également, sans se soucier des autres automobilistes. Rien de tel que la crainte de la pénurie pour créer de la pénurie !

    Alors gardons raison, faisons confiance aux pouvoirs publics qui ne laisseront pas pourrir la situation au point de paralyser l’activité économique et surtout pensons aux autres, surtout à ceux qui ont besoin de leur véhicule pour leur travail.

 

  

    Ce samedi, en l’église, c’était jour de fête pour l’accueil du nouveau prêtre desservant le Mont, le Père DEBACKER, qui nous vient de la communauté de paroisses de MIGENNES à laquelle nous sommes maintenant rattachés, suite à la réorganisation du diocèse. Comme quoi il n’y pas que les communautés de communes qui se transforment ! Ce fut l’occasion d’une très belle messe témoignant du dynamisme et du charisme de notre nouveau prêtre. Et ce fut aussi la remise solennelle et symbolique des clés de l’édifice à l’affectataire par notre Maire Jacky JUSSOT, le tout se concluant par le désormais traditionnel verre de l’amitié.

 

 

    A côté  de cela, la vie quotidienne continue et nos agents techniques s’emploient à rendre notre cadre de vie agréable ; pas de grands travaux spectaculaires mais des travaux d’entretien , d’amélioration : réalisation d’une plate-forme en béton près du château d’eau pour faciliter l’entretien du sol autour des containers, plantation de fleurs dans les bacs prévus à cet effet  dans les espaces publics et là, consternation, quelques plantes ont déjà été dérobées … Qui peuvent être ces individus sans scrupule qui n’ont pas quelques euros à mettre dans le commerce pour s’acheter deux ou trois  pieds de géranium et qui se servent ainsi sur le dos de la collectivité ?? Pitoyable ! Doit-on comme en 1792 créer une « milice bourgeoise » pour surveiller nos plates-bandes ?  Quelle époque !